A l’heure d’une convention globale sur les armes nucléaires

AddThis

Nuclear Abolition News | IPS
Dimity Hawkins (*)


MELBOURNE (IPS) - L’histoire n'a jamais fourni un meilleur moment pour agir sur le désarmement nucléaire. Le désir de libérer le monde de 23.300 armes nucléaires actuellement dans des stocks mondiaux fait remarquablement la une, pendant que les dirigeants du monde et les organisations de la société civile mènent le combat pour leur abolition.

En avril dernier, dans son discours d’ouverture à Prague, le président américain, Obama, a annoncé son intention de "rechercher la paix et la sécurité d'un monde sans armes nucléaires". C'est un objectif partagé par les organisations de la société civile à travers le monde.

En avril, les Etats-Unis et la Russie devraient signer un nouveau traité bilatéral pour remplacer le Traité de 1991 sur la réduction des armes stratégiques, qui réduirait leurs arsenaux nucléaires de 25 pour cent. Comme les Etats-Unis et la Russie possèdent actuellement 96 pour cent de l'armement nucléaire mondial, toutes ces démarches pour libérer le monde de ces armes sont les bienvenues et auraient déjà dû être faites.

On reconnaît de plus en plus qu’un désarmement nucléaire vérifiable et total ne peut être réalisé par des mesures progressives uniquement, mais seulement à travers un cadre global. Pour y parvenir, des organisations de la société civile et un nombre croissant de gouvernements se joignent à une demande pour une Convention globale sur les armes nucléaires (NWC).

En 1997, des experts non gouvernementaux du monde entier ont pris la décision audacieuse de publier un modèle de NWC. Une telle convention avait été en discussion pendant plusieurs années dans des forums multilatéraux et a gagné du terrain depuis la relance du modèle de NWC en 2007. C’est un document qui a été accepté à deux reprises par les Nations Unies, en 1997 et 2007.

Pendant que les gouvernements parlent, la société civile est encore parvenue à des solutions positives, projetant une trajectoire réalisable et offrant un plan pour commencer à travailler sur une NWC vérifiable et globale.

Ce n’est pas un nouveau concept mais plutôt une idée dont l’heure est venue.

Une NWC renforcerait le petit nombre de négociations sur le désarmement déjà en place en interdisant la production des substances fissiles et le développement, les tests, le stockage, le transfert, l'utilisation et la menace d'utilisation des armes nucléaires. Les parties seraient tenues de déclarer la totalité des armes nucléaires, des substances, des installations et des véhicules de livraison. Elles seraient ensuite tenues de supprimer leurs arsenaux nucléaires à des étapes bien déterminées, en levant d'abord l’état de haute alerte des armes, puis en les retirant du déploiement, en éliminant les ogives de leurs véhicules de livraison, en désactivant les ogives, et en plaçant toutes les substances fissiles sous contrôle international.

Pendant que certains gouvernements se demandent quel capital politique ils gagneraient en soutenant le désarmement nucléaire dans des milieux nationaux très exigeants, la société civile continue de conduire le programme vers un monde sans ces armes ultimes de destruction massive.

Chaque année, environ deux tiers des nations votent en faveur d'une résolution à l'Assemblée générale des Nations unies demandant l'ouverture rapide des négociations sur une NWC. Cela est prouvé dans les sondages commandés par 'Global Zero' en 2008 dans 21 pays, indiquant que 76 pour cent des personnes dans le monde souhaitent que leurs gouvernements parviennent à un accord contraignant pour abolir les armes nucléaires dans un délai précis.

Le secrétaire général de l'ONU a proposé une convention comme premier point de son plan en cinq points pour un monde sans armes nucléaires. La société civile et un nombre croissant de gouvernements voient le bien-fondé de l'élaboration d'une convention ou d’un traité global. C'est ici que nous trouvons le leadership nécessaire pour attirer les pays réticents (surtout dotés d'armes nucléaires) vers le plan pour zéro arme nucléaire.

Les obstacles à la réussite des négociations d'une NWC sont politiques et non techniques. La déclaration de principe de tous les gouvernements est nécessaire et doit être suivie d'action. Les préparatifs vers une NWC doivent être faits maintenant, si l'objectif d'un monde sans armes nucléaires doit être atteint.

Les groupes mondiaux de la société civile, tels que les Médecins internationaux pour la prévention de la guerre nucléaire, les Maires pour la paix, Abolition 2000, la Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté, 'Soka Gakkai International', et la Campagne internationale pour l'abolition des armes nucléaires, travaillent ensemble sur ce programme. Ces groupes, représentant les médecins généralistes, le gouvernement local, les femmes de paix, les gens de différentes confessions, et les visionnaires, rencontrent régulièrement les gouvernements et les ambassadeurs afin de piloter le programme pour une NWC.

Le 5 juin, cette année, des groupes à travers le monde prendront des mesures communes sous la bannière "NWC – Maintenant, nous pouvons" – pour exiger que tous les gouvernements fassent avancer le programme de zéro arme nucléaire, poussés par la crainte que des progrès importants pourraient ne pas être faits à la conférence de révision du Traité sur la non-Prolifération des armes nucléaires (NPT), en mai au siège des Nations Unies.

Il y a une impatience croissante avec ce TNP vieux de 40 ans puisque les menaces de prolifération continuent. Des progrès considérables mais insuffisants sur le désarmement nucléaire ont été réalisés au cours des quatre dernières décennies. Une NWC renforcerait les engagements existants sur le désarmement, contenus dans l'article VI du TNP en fournissant une feuille de route pour l'élimination.

Présentement, il y a au moins 23.300 raisons de poursuivre une NWC dans le monde. Et chacune d'entre elles porte en elle un impératif d'agir. La société civile sait cela. C’est maintenant le moment pour les gouvernements de répondre aux attentes de la majorité de la population mondiale et de se préparer à une NWC afin d’abolir finalement les armes nucléaires pour toujours et pour tous les peuples.

(*) Dimity Hawkins est le directeur de campagne de la Campagne internationale pour l'abolition des armes nucléaires (ICAN). Il est basé au siège de l’ICAN en Australie (http://icanw.org/). (FIN/2010)

 

Search